de François Ozon

Dans les années cinquante, dans une grande demeure bourgeoise en pleine campagne, les gens sont sur le point de fêter Noël. Mais un drame se produit : le maître de maison est retrouvé assassiné. Le ou plutôt la coupable se cache parmi huit femmes que fréquentait régulièrement la victime. Commence alors une longue journée d’enquête, faite de disputes, de trahisons et de révélations.

⚠️ ATTENTION : Pour des questions de droits, ce film n’est pas disponible dans l’offre “PASS FILMS”.

Langue
Français
Genre
Comédie musicale, Policier
Pays
France
Année
2002
Réalisateur
François Ozon
Acteurs
Catherine Deneuve, Isabelle Huppert, Emmanuelle Béart
Durée
103 Minutes

NOTRE AVIS

 

“Film lumineux. Le prétexte est simple : années 50, c’est Noël qui approche, il neige, dans une grande maison bourgeoise, à la campagne le père est découvert mort un couteau entre les omoplates, assassiné dans son lit. Se prépare alors une réunion de famille qui va voir arriver accueillies par la grand-mère, la mère et la plus jeune fille : la sœur de la victime, la fille aînée. N’oublions pas dans cette réunion de femmes, la présence des deux domestiques…  Va commencer alors un jeu de massacre sur fond de recherche de la coupable du meurtre, parce que la coupable ne peut être que parmi les présentes dans la maison au moment du meurtre… Et là Ozon s’en donne à cœur joie, il brosse des portraits de femmes qui sont entre elles d’une férocité fantastique, celle des mots, comme seules les femmes entre elles en sont capables. Elles se déchirent, s’étripent avec des mots qui tranchent comme un fil de rasoir, blessure bien propre mais profonde. Chacune révèle au passage ses failles, écrase et est écrasée tour à tour… Ozon évite avec brio, le travers dans lequel il aurait pu tomber facilement : le théâtre filmé. Il utilise tous le genres, passe du théâtre classique, à la comédie musicale avec chant et danse… Il utilise toutes les potentialités de ses actrices que tour à tour il malmène en les fagotant dans des vêtements d’époque certes mais qui ne les mettent pas forcément à leur avantage tout ça en soulignant leur immense talent d’actrices. On sort de ce film avec une certitude : Ozon aime ces actrices, il aime le cinéma comme représentation de la vie vraie, mais il n’est pas sûr qu’il aime les femme qu’il dépeint à travers son film. Le film est pétillant d’intelligence, il est drôle, comique. Il est toujours surprenant tant les changements de registres sont imprévisibles et d’une grande maîtrise. C’est un film qui apportera un grand moment de bonheur à tous ceux qui le verront, plus quelques questions pertinentes à propos des rapports humains en général et des femmes entre elles en particulier. Au bout du compte bien sûr on saura quelle est l’origine du crime. Mais est-ce alors bien important de le savoir ?”

 

Charles GAUBERT